Légumes Zéro résidu de Pesticides cultivés en région nantaise

Détail d’une grappe de tomates cocktail sur pieds de tomates et logo Zéro Résidu de Pesticides avec petit drapeau français

LES LÉGUMES GARANTIS ZÉRO RÉSIDU DE PESTICIDES DU POTAGER DE JADE

Anne-Claire et Jean-René, membres du collectif Nouveaux Champs, cultivent des tomates cocktail, des tomates rondes en grappe et des tomates cerise labellisées Zéro Résidu de Pesticides. La mise en œuvre de ce label, strictement contrôlé, vient souligner un travail rigoureux et responsable, loin de la vision parfois caricaturale de notre métier.

ILS CULTIVENT LES TOMATES ZÉRO RÉSIDU DE PESTICIDES DU POTAGER DE JADE

Portrait noir et blanc d’Anne-Claire, productrice de tomates cerise et tomates cocktail en région nantaise

Anne-Claire
Faire connaissance

Extérieur d’une serre verre de tomates, logo HVE et picto pollinisateur

Toutes nos exploitations sont certifiées Haute Valeur Environnementale.

Biodiversité préservée et pression minimale sur l’environnement.
En savoir +

UNE OBLIGATION DE RÉSULTAT : ZÉRO PESTICIDE VOTRE ASSIETTE !

La loi fixe déjà une limite maximale de résidus (LMR) de produits pesticides (biocides et produits phytosanitaires) pour chaque denrée. Le label Zéro Résidu de Pesticides va bien plus loin que les exigences réglementaires et garantit que les tomates que nous produisons ne contiennent pas de pesticides. 261 substances actives susceptibles d’être utilisées dans la culture des tomates sont ainsi recherchés lors des analyses. D’accord, c’est beaucoup ! Ce chiffre ne signifie en aucun cas que nous utilisons habituellement les molécules recherchées, l’objectif est de garantir la promesse sans laisser la porte ouverte à la moindre dérive.

Comment prouve-t-on l’absence de résidu de pesticide ?
Les tomates sont cultivées en milieu très contrôlé et fermé, chaque intervention sur la culture y est enregistrée par rang. Impossible d’utiliser un pesticide sans que l’opération ne soit tracée. Autrement dit, il est possible de remonter tout l’historique de la culture à partir du numéro de lot des tomates.
Pour chaque serre, plusieurs échantillons de tomates sont analysés en laboratoire lors de la première récolte, puis une fois par mois durant la saison.
Le collectif Nouveaux Champs commandite à un organisme de contrôle indépendant des audits réguliers de nos exploitations pour vérifier que nous mettons bien en œuvre le cahier des charges sur lequel nous nous sommes engagés

Zéro, c’est zéro ?
L’absence de résidu est validée par un résultat inférieur à la limite de quantification (la plus petite valeur qui permette d’obtenir un résultat fiable et quantifiable avec les instruments actuels). Cette limite correspond aujourd’hui à environ 0,00001 g/kg.

Aphidolète sur une feuille, insecte utilisé en PBI pour la prédation des pucerons

COMMENT CULTIVE-T-ON LES TOMATES ZÉRO RÉSIDU DE PESTICIDES ?

Nous sommes engagés depuis longtemps dans un mode de culture qui privilégie la Protection Biologique Intégrée, à savoir les insectes utiles, les nématodes, certaines bactéries et même des champignons entomopathogènes. De ce fait, même lorsque nos cultures ne sont pas estampillées ZRP, nous n’utilisons que très peu et, la majeure partie du temps, pas du tout de pesticides. Nous avons aussi recours à des produits, d’origine naturelle, autorisés en agriculture biologique
Le milieu fermé des serres et les règles sanitaires qui y règnent permettent d’éviter tout risque de pollution en provenance de cultures voisines. Protégés des agressions climatiques et de celles de nombreux prédateurs, les plants de tomates développent très rarement des maladies. Qui dit cultures en bonne santé, dit zéro traitement !
De base, le mode de culture de nos tomates, en serre et hors-sol, permet de ne jamais utiliser d’herbicide. C’est le pesticide le plus compliqué à supprimer en agriculture, la lutte contre les adventices est un combat de tous les jours en plein champ. C’est simple, dans une serre, nous n’y avons absolument jamais recours !

LÉGUMES BIO ET ZÉRO RÉSIDU DE PESTICIDE, C’EST DU PAREIL AU MÊME ?

Non. L’agriculture biologique répond à une obligation de moyen, les producteurs bio doivent respecter un cahier des charges qui stipule l’interdiction d’utiliser des pesticides et des engrais de synthèse. En revanche, les légumes bio ne sont pas soumis à obligation de prouver, par des analyses récurrentes, l’absence de résidus de pesticides, qu’elles soient d’origine naturelle ou non.